La place Tahrir qui est le théâtre d’une ré-volte sans précédent dans l’histoire de l’Egypte et des peuples arabes fait lieu d’insurrection aux yeux du monde. L’installation éphémère domino reprend la configuration de la place urbaine investie par la foule. Outre la spatialité du nœud routier et de l’esplanade - espace résiduel entre les déplacements et leur gravité statique, ou sorte de parvis du pouvoir, monumentalité de l’autorité - l’occupation de la place si elle ne découle pas du calendrier événementiel et festif d’une société, en libère des forces inattendues faisant mouvement.
Une révolution qui tend parfois à revenir au même point, autour d’un rond point sans issue, formant une bulle qui ne demande qu’à éclater. Le vent de la révolte souffle alors sur la grande roue du destin.

Domino est une miniature en papier qui représente des groupes de personnes sym-bolisés par des dominos en papier, dans un mouvement arrêté, suspendu à la possibili d’un enchaînement inattendu. Soit aligné, soit épar-pillé, ou incliné, à la prière ou sous l’injonction, chaque domino de papier figure le basculement inespéré ou redouté.

Plus qu’un jeu de mots, insurgés – dominés – dominer l’insurrection, cette fabrication en pa-pier, dans toute sa fragilité, fait l’état par dif-férents pliages d’insondables stratégies à l’image d’un jeu de go. Entre ornement et plan, le papier est scarifié produisant dés lors un relief habité par les couleurs des nations arabes. 

DOMINO

 

Nuit Blanche 2014 - Paris